Logo deliberations

Lignes ouvertes Automne 2022

L'eau bien commun

Le réchauffement climatique, a un impact direct sur la ressource en quantité et en qualité. Les urgences environnementales s’accompagnent d’urgences sociales et démocratiques.
Antibes a particulièrement été touchée. Un excès de plomb et de nickel et une sécheresse entraînant des restrictions.
L'ONU reconnaît « le droit à l'eau potable et à l'assainissement sûrs et propres ».
Seule la maîtrise publique permet de privilégier l’intérêt public, la finalité écologique, la démocratie, les droits humains, l’équité, à la rentabilité.
Le Maire a décidé de déléguer la gestion de l’eau po- table et de l’assainissement, à Véolia. Nous sommes en fin de contrat. Actuellement se négocie le nouveau contrat.
L’eau potable et l’assainissement sont de compé- tence de la CASA. Il n’y a eu aucune concertation.
Nous avions des propositions à faire. Quelques propositions :
Appliquer une vraie tarification sociale : 40 litres par jour et par personne gratuits ou à très bas coût et ensuite une tarification progressive, pour inciter
à économiser l’eau et faire payer plus cher l’eau des piscines et de l’arrosage des pelouses.

Actuellement, ce n’est pas une tarification sociale puisque la première tranche est de 120m3 et que pour bénéficier de cette tranche à bas coût, il faut disposer d’un compteur individuel Véolia. Beaucoup de logements ont un compteur collectif. Dans le contrat de DSP, Véolia devait changer tous les compteurs dans les 5 ans. Ce n’est pas fait. Le coût du changement d’un compteur est acté à 120 euros, or, Véolia facture jusqu’à 600 euros. La ville n’a jamais fait respecter ces clauses.
Et donc, les antibois habitant dans une villa bénéfi- cient d’un prix de l’eau plus bas que ceux habitant dans un immeuble
Il y a des « chèques eau pour les familles les plus pré- caires ». Certes, mais nous savons que lorsqu’une prestation doit être demandée, très souvent, elle ne l’est pas.
Supprimer la part fixe : Particulièrement injuste, ne tenant pas compte des ressources du ménage et de sa consommation.
Le Maire a décidé d’en ajouter une pour l’assainissement.
Son argument : « comme ça on fait payer aussi les résidences secondaires ». Plutôt que d’augmenter la taxe d’habitation pour faire payer les résidences secondaires, il a choisi de faire payer l’ensemble des usagers.
Garder les gros travaux en gestion par la ville. Les travaux réalisés par Véolia sont plus élevés que ceux réalisés par la collectivité. Il faut lui confier que les travaux d’entretien courant, le contrôle des fuites et garder les travaux d’extension du réseau. Toutes les canalisations anciennes devaient être changées fin 2012. Ça n’a pas été fait.
Opter pour la gestion publique signifie garder le contrôle, garantir un meilleur suivi de la gestion et de la qualité, une gestion démocratique et transpa- rente et réinvestir les gains dans le service.

 

 

 

 

Michèle Muratore
Michele.muratore@ville-antibes
Tel. 06 70 11 19 62