Logo deliberations

Ligne ouverte Août 2019

Libre expression
La Gauche unie solidaire et écologique

La publicité sur la commune

Vous avez sans doute remarqué que de nouveaux panneaux d’affichage publicitaire ont été installés en ville. La ville vient de signer, avec Decaux, un marché pour 15
ans. Ce marché prévoit la pose de 80 panneaux doubles faces dont 24 numériques.

Les panneaux numériques sont reconnus énergivores, éblouissants, agressifs, fatigants, stressants. Ils sont dangereux pour la circulation. Une étude a dénombré, sur 9 emplacements d’affichage numérique, entre un quart et un tiers d’accidents en plus. Une étude, de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) de mai 2019, alerte sur les « effets sur la santé et sur l’environnement des systèmes utilisant des LED ». Mais, la ville exige quand même 24 panneaux numériques.

Pour ce marché la notation de l’intégration paysagère n’est que de 2.5% du total. Le nouveau grand panneau boulevard Vautrin est un très bon exemple du grand intérêt porté à l’environnement et l’insertion dans le paysage. Les panneaux ne doivent pas être un obstacle pour les piétons. Le panneau boulevard Vautrin est encore un bon exemple. Il est au milieu du trottoir. Pour nous, c’est un obstacle pour les piétons. Mais il respecte le paragraphe suivant du marché, puisqu’il reste 1.40 m de chaque côté. Donc c’est tout bon pour le Maire.

Le titulaire du marché s’engage à respecter le règlement de publicité. Certes mais, le règlement de publicité de la ville date de 1994. Depuis, des panneaux publicitaires ont été installés en toute anarchie.
La loi du 12 juillet 2010 oblige les communes à élaborer et voter un Règlement Local de Publicité avant le 13 juillet 2020. C’est uniquement pour cela qu’il nous est, aujourd’hui, proposé les orientations d’un nouveau règlement.
Dans le texte proposé au Conseil Municipal, Il est écrit que le règlement local de publicité a été élaboré en fonction du marché Decaux. Nous aurions, nous, plutôt exigé l’inverse, que le marché Decaux se cadre sur le règlement local de publicité en cours de révision.
Les orientations présentées sont pleines de bonnes intentions, mais il n’y a aucune précision, tout est donc possible. Exemple : Limiter : que signifie limiter, par rapport
à quoi ? Encadrer : bien mais quoi ? Comment ? etc

De plus, ce n’est pas sérieux d’annoncer :
- Vouloir limiter son impact sur nos paysages et préserver notre cadre de vie, alors que la ville vient de signer ce nouveau marché qui demande de nouveaux panneaux.
- Limiter la taille de l’affichage alors que la taille des nouveaux panneaux n’a pas été réduite et certains sont plus grands et dépassent le 8m² prévus par la loi.
- Prévoir des dérogations aux horaires d’éclairage. Certes, la ville n’est pas soumise aux règles d’extinction des dispositifs lumineux mais ces règles sont suffisamment souples, éteindre entre 1h et 6h du matin.
- Prévoir plusieurs dérogations et contournements de la loi.
En conseil municipal, nous avons fait plusieurs propositions que le nombre de caractères autorisés pour cet article ne permet pas de reprendre. Le Maire nous propose
de travailler ensemble sur ce sujet. Pour nous, il est évident qu’un travail doit être fait en commission « domaine public ».


Il va maintenant y avoir une concertation publique sur ces orientations. Présentation à la population en septembre/octobre. Nous avons demandé que des réunions publiques soient organisées en plus des réunions des conseil de quartier proposées par le Maire. Il y a un registre au bâtiment « Orange bleue » pour inscrire des remarques. Et des informations sur le site de la ville. http://www. antibes-juanlespins.com/administration/concertations- publiques/reglement-local-de-publicite

 

 

 


Michèle Muratore
Pierre Aubry
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.